Emploi et bonheur : ces métiers qui rendent les salariés heureux

Il existe une journée internationale dédiée au bonheur au travail, le 19 mars. En parallèle à cet événement, la Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques (Dares) a sorti une récente étude intitulée « le bien être psychologique au travail ». Quels sont donc les domaines qui rendent les salariés heureux ? Comment se sentir bien au travail ? On te dit tout !

Les critères de base

A qui on s’adresse ?

Le Ministère du travail a décidé de lancer une étude très sérieuse sur le bonheur au travail. L’intérêt est de recensé les métiers qui arrivent à rendre les travailleurs heureux. Ceux qui ne traînent pas des pieds pour se rendre au bureau, qui n’y vont pas la boule au ventre, qui n’ont pas qu’une seule envie : fuir… Ceux qui prennent du plaisir à aller travailler !

Le travail peut contribuer au bien être psychologique d’une personne. Elle s’y sent bien, l’entente et l’atmosphère sont bonnes. Elle a su s’entourer de bonnes personnes qu’elle prend plaisir à retrouver pour collaborer.

Les indicateurs

La Dares a sélectionné 9 indicateurs pour faciliter l’interprétation des résultats de l’étude.

La pénibilité physique

Pour rentrer dans cette catégorie, il faut :

  • Subir au moins trois contraintes physiques lourdes comme porter des charges importantes, effectuer des déplacements à pieds longs et fréquents, rester longtemps dans une même position pénible, effectuer des mouvements répétitifs, douloureux et fatigants, subir des secousses ou des vibrations.
  • Subir un bruit intense
  • Respirer de la fumée ou de la poussière
  • Être exposé à des produits toxiques

Les contraintes d’organisation du temps de travail

Huit risques ont été déterminés :

  • Travailler plus de 50 nuits par an
  • Travailler plus de 40 dimanches par an
  • Travailler plus de 42 heures par semaine
  • Ne pas connaître ses horaires pour le mois suivant
  • Devoir ramener du travail à son domicile
  • Avoir été contacté plus de 20 fois dans l’année par des personnes extérieures à l’entreprise pour les besoins de son travail
  • Ne pas pouvoir s’absenter quelques heures en cas d’imprévu
  • Avoir des horaires qui ne s’accordent pas avec les engagements pris hors du cadre professionnel

L’intensité du travail

Cinq risques sont sous la lumière des projecteurs :

  • Devoir se dépêcher
  • Travailler sous pression
  • Recevoir des ordres contradictoires
  • Continuer à penser au travail en dehors du cadre professionnel
  • Effectuer une quantité excessive de travail

Les conflits éthiques

Ils englobent :

  • Devoir faire des choses que l’on désapprouve
  • Sacrifier la qualité pour la quantité
  • Ne pas/plus éprouver la satisfaction du travail bien fait
  • Ne pas recevoir l’information suffisante pour faire du bon travail
  • Être contraint de faire trop vite quelque chose qui prend du temps

La demande émotionnelle

  • Vivre des situations de tension en public
  • Devoir calmer les personnes qui nous entourent
  • Travailler avec des personnes en situations de détresse
  • Devoir cacher ses émotions ou faire semblant d’être content
  • Être bouleversé, ému durant ses journées de travail

L’insécurité de la situation de travail

  • Craindre pour son emploi
  • Craindre une mutation
  • Vivre des changements imprévus
  • Avoir peur pour sa sécurité et celle des autres au sein de son environnement professionnel

L’autonomie

Pour être en parfaite autonomie il faut :

  • Pouvoir interrompre son travail quand on le souhaite
  • Régler soi-même les incidents lorsqu’on le peut
  • Avoir le pouvoir de modifier les délais
  • Pouvoir intervenir sur la quantité de travail reçue
  • Ne pas répéter continuellement les mêmes gestes
  • Avoir l’occasion de développer ses compétences professionnelles
  • Pouvoir apprendre des choses nouvelles

Le soutien social

  • Etre bien entouré pour réaliser convenablement ses tâches
  • Avoir l’impression de faire partie d’une équipe
  • Recevoir l’aide de son supérieur en cas de besoin
  • Recevoir l’aide de ses collègues
  • Avoir un supérieur qui fait attention à ce que l’on fait
  • Etre traité à la même enseigne que tous les autres salariés

La reconnaissance

  • Se sentir utile
  • Recevoir le respect et l’estime que l’on mérite
  • Être fier de travailler

Tous ces facteurs sont donc étudiés pour déterminer les profils les plus heureux au travail. Evidemment, l’âge, le sexe et l’ancienneté dans le poste sont également pris en compte. L’étude est beaucoup plus complète et permet de mieux comprendre certains choix.

bonheur au travail
Etre heureux au travail : les clés du bonheur

Les secteurs favorables

Voici les métiers dans lesquels les salariés sont les plus heureux. Ça te donnera peut-être une idée pour la suite de ta vie professionnelle. Après c’est aussi à toi de faire en sorte de te sentir bien, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises entreprises. Il suffit de trouver celle qui correspond à ton profil.

Les ingénieurs en informatique

Très qualifiés et compétents, les ingénieurs en informatique ne sont pas là par hasard. Ils sont très souvent passionnés parce qu’ils font. De plus, leur métier est en constante évolution ce qui leur vaut de ne jamais s’ennuyer. Les tâches ne sont quasiment jamais répétitives. Ils travaillent également en parfaite autonomie.

Les techniciens en informatiques font également partie du top 15 de ces métiers qui riment avec bonheur.

Les cadres

Pas toutes les catégories de cadres sont présentes mais on peut retrouver ceux travaillant dans les domaines :

  • Des services administratifs, comptables et financiers
  • Des banques et des assurances

Ceux sont des métiers qui sont confrontés à une certaine concurrence. Il faut donc redoubler constamment d’efforts pour réussir à se faire une place.

Les secrétaires et les secrétaires de direction

Malgré certaines rumeurs, être secrétaire n’a aucun effet négatif, bien au contraire. Elles sont indispensables à la bonne conduite des entreprises. Elles prennent bien souvent le rôle d’intermédiaire pour faire le lien entre les clients et les responsables et même entre les différents services internes.

Les assistantes maternelles

Ces personnes aiment leur métier. S’occuper des enfants est bien plus qu’une profession, c’est avant tout une passion. Les hautes responsabilités que cela engendre peuvent en effrayer plus d’un et pourtant. Elles travaillent, la plupart, depuis chez elles, sans hiérarchie. Un métier basé sur la confiance qui permet de valoriser la personne.

Les métiers de la beauté

Les coiffeurs et les esthéticiennes sont inclus dans le classement. Il n’y a aucune pression mise à part celle de satisfaire le client. On ne travaille pas vraiment pour soi mais plus pour autrui et c’est lui-même qui nous rémunère. Ce sont aussi des secteurs d’activité qui ne connaissent pas la crise. Il n’y a aucun stress à avoir concernant l’avenir.

Les métiers motivants

Cependant, si on en croit une autre étude, élaborée par l’agence Happy At Work en 2017, il y aurait des métiers plus motivants que d’autres. Le classement des 10 métiers où les salariés semblent les plus motivés à travailler sont… ROULEMENT DE TAMBOUR 🥁 :

  1. Les mathématiciens à 63,2%
  2. Les architectes à 62,2%
  3. Les chargés de communication à 56,6%
  4. Les chefs de groupe marketing 56,3%
  5. Les chargés de ressources humaines 55,8%
  6. Les Business developers 55,4%
  7. Les aides à la personne 55,3%
  8. Les techniciens de Sécurité d’Hygiène et d’Environnement

A la huitième place aussi avec 53%, les chefs de chantier

  1. Les chimistes 52,7%
  2. Les juristes 52,3%

Les personnes interrogées se sentent impliquer dans leurs missions. Elles ont aussi l’impression de fournir un travail de qualité. Elles sont fières des efforts qu’elles fournissent. Ces salariés proviennent à 67% de Très Petites Entreprises et de Petites et Moyennes Entreprises.

En ce qui concerne les grandes, voire très grandes structures, seule la moitié des employés se disent épanouis dans leur fonction.

Les métiers les plus déprimants

A contrario, l’étude a aussi démontré les métiers qui ne donnent pas pleinement satisfaction aux salariés. Les conditions de travail sont plus difficiles, et demandent un investissement plus conséquent.

Pour entamer une carrière dans ces domaines, il faut le vouloir et non prendre la décision par défaut. En adoptant cette attitude, il est beaucoup plus facile de se sentir à l’aise dans son environnement professionnel.

Venons-en au fait, on te dévoile les 9 métiers les plus déprimants, soi-disant…

  1. Les clercs de notaire avec 10,3%
  2. Les chefs de publicité avec 26,5%
  3. Les agents de police avec 27,4%
  4. Les opérateurs de qualité avec 29,4%
  5. Les analystes Enterprise Resource Planning avec 30,2%
  6. Les vendeurs avec 34,8%
  7. Les magasiniers avec 34,9%
  8. Les infirmiers 35,5%
  9. Les agents d’accueil où l’on compte 35,8% de satisfaction

Ces pourcentages assez bas se traduisent par un manque de progression au sein du poste occupé, un salaire souvent plus bas que ce qu’il devrait être. Pour les participants, leurs efforts ne sont pas reconnus à leur juste valeur.

Être heureux au travail

Il n’y a pas de formule magique pour être heureux au travail. Cependant, certains efforts peuvent être fournis de la part de l’employé et des personnes environnantes.

Première astuce : faire le lien entre le travail et l’épanouissement

Peu importe le métier exercé et la place occupée dans la hiérarchie d’une entreprise, tu dois trouver un équilibre propre à tes convictions. Chacun a des exigences et des motivations qu’il cherche à atteindre pour se sentir bien. Ça peut être l’embauche dans une grande boite, ou bien la sollicitation d’un collègue pour un projet.

Il faut posséder le contrôle sur ses envies professionnelles. Plus tu arrives à les gérer, plus tu réussiras à les assouvir.

Seconde astuce : apprendre à aimer son métier

Travailler est nécessaire dans la vie mais aimer son métier n’est pas toujours inné. Il se peut que l’on ait peur de l’échec ou que l’on cherche toujours à obtenir quelque chose de parfait. Malheureusement, ces traits de caractère peuvent vite devenir un frein au bonheur.

Il est primordial d’aimer son travail. Pour cela, il y a des méthodes à adopter comme :

  • Se challenger soi-même pour se motiver et prouver aux autres que l’on est capable
  • Se concentrer sur sa mission
  • Se former à de nouvelles connaissances afin de faire un break dans ses tâches quotidiennes

Troisième astuce : maîtriser la pression

Le burn-out est souvent la conséquence d’un stress trop conséquent. Travailler sous pression peut être bénéfique, mais encore faut-il savoir la canaliser. Il n’y a pas de travail sans stress puisqu’on est toujours face à des responsabilités.

Relâcher un peu la pression, sans l’abandonner totalement, est un excellent moyen pour se motiver et réussir. En connaître la source permet de l’appréhender et de trouver des solutions plus rapidement et simplement. Le stress ne doit pas être un ennemi mais bien un allié.

Quatrième astuce : cultiver la bonne humeur

Les tâches effectuées peuvent être monotones et parfois même pénibles. Pour éviter de déprimer et, surtout, de les accomplir par obligation et non par plaisir il faut trouver son intérêt. Les collègues de bureau sont une force dans le cas où l’ambiance est bonne. Sers-toi en pour t’aider à surmonter ces actions pas si passionnantes que cela.

Travailler dans la bonne humeur est toujours plus stimulant et motivant. C’est même définitivement la clé du bonheur. L’atmosphère au bureau est d’ailleurs un critère de prédilection pour les candidats en session de recrutement.

Cinquième astuce : se féliciter

Être fier du travail que l’on fournit est un réel facteur de réussite. Il ne faut pas attendre l’approbation de la hiérarchie même si cela fait doublement plaisir. Se féliciter soi-même c’est également prendre conscience que l’on est satisfait de sa personne et c’est souvent le plus dur. Plus on voit les aspects positifs, plus on devient positif et plus on est… productif !

En revanche, on évite de se comparer aux autres. Chacun a ses propres objectifs et la rivalité peut t’attirer vers le fond. Alors même si certaines entreprises jouent la concurrence entre employés, ce n’est pas toujours la meilleure solution, bien au contraire.

Être heureux au travail ça se travaille. L’environnement professionnel n’est pas forcément propice au bien-être mais il suffit de se construire des objectifs et de s’entourer des bonnes personnes pour pouvoir atteindre le bonheur professionnel.

Related posts

Leave a Comment