LinkedIn Salary : le nouvel outil pour estimer son prochain salaire

LinkedIn est le premier réseau social professionnel en France et dans le monde. La plateforme a lancé un nouvel outil permettant d’évaluer et de négocier le salaire d’un poste convoité. LinkedIn Salary entend ainsi faire tomber le tabou du rapport à l’argent dans le milieu professionnel. Explications.

LinkedIn Salary : aider les employés à évaluer leur salaire

Un français sur deux travaille pour l’argent

On dit que l’argent ne fait pas le bonheur. C’est faux. En tout cas, si l’on en croit les salariés français interrogés sur le sujet par une récente enquête. Selon une étude menée par la société ADP, un Français sur deux (50%) déclarent que le salaire est leur principale source de motivation pour se rendre au travail chaque matin. Ce résultat est similaire aux voisins européens (47%) qui jugent que ce qui les motive le plus est le salaire touché à la fin du mois. Le sujet peut parfois être tabou (lire plus bas). C’est dans cette optique que le réseau social LinkedIn a lancé un outil pour évaluer le salaire d’un poste. L’idée n’est pas nouvelle, encore moins révolutionnaire. En effet, LinkedIn Salary existait déjà outre-Atlantique – aux Etats-Unis et au Canada – et chez nos voisins britanniques et allemands.

Le salaire reste confidentiel

Sur la plateforme Linkedin Salary, les rémunérations figurent par poste et par mois ou par an. Un chef-cuisinier français peut, par exemple, toucher 2 330 euros par mois si l’on en croit le générateur de salaire. Avec près de 80 000 euros à l’année en moyenne, un directeur commercial français se classe parmi les plus fortes rémunérations. Ces estimations sont simplement calculées à partir des données collectées et transmises par les utilisateurs de LinkedIn. En effet, l’outil LinkedIn Salary se charge de réaliser une moyenne avec les réponses obtenues. Le concept est encore embryonnaire et certains métiers ne comportent que peu de données. Les résultats sont donc susceptibles d’évoluer en fonction des salaires obtenus par le réseau social. Les informations transmises sont, par ailleurs, confidentielles. Ils n’apparaissent ni sur le profil de l’employé, ni sur le fil de publications. Les potentiels recruteurs n’ont, en outre, pas accès aux salaires touchés par une personne durant son parcours professionnel.

Négocier dès l’entretien d’embauche

LinkedIn Salary entend favoriser l’anonymat et encourage ses utilisateurs à mentionner leur salaire pour deux objectifs. Le premier vise à aider la communauté autour d’un métier à mieux cerner le salaire envisageable. Toutes les informations mises à disposition permettent ainsi de quantifier un salaire suffisamment juste. L’autre grand objectif – et peut-être aussi le plus déprimant ou le plus motivant, c’est selon – est de comparer son salaire avec celui ses pairs. Entendez par là les personnes qui occupent une même fonction. Se faire une idée d’un salaire permet également de mieux négocier sa rémunération avec son supérieur hiérarchique. Et ce, dès l’entretien d’embauche. Il est même possible de chercher le salaire d’un métier en fonction de sa ville et sa région dans le cadre d’une mobilité géographique.

Pourquoi le salaire est si tabou ?

En France, un cliché récurrent dit que parler d’argent serait tabou. Comme peuvent l’être d’autres sujets délicats comme le sexe, la religion ou la maladie. La question « et toi, combien tu gagnes avec ton travail ? » peut rapidement crisper un repas en famille et tendre les relations personnels. Aux Etats-Unis, la pratique est beaucoup plus débridée que dans l’Hexagone. Dans le pays de l’oncle Sam, des employés peuvent être transparents sur le niveau de rémunération qu’ils obtiennent chaque année. Tout le monde sait à peu près qui gagne combien, en quelque sorte. En France, les salaires restent confidentiels. Même au sein d’une entreprise. En clair, seul le salarié et la personne en charge de la gestion de salaires peuvent connaître le montant net inscrit au bas de la fiche de paie.

La négation de l’argent a une origine culturelle. En effet, le poids des religions et des politiques a souvent placé l’argent au rang des produits immoraux, dont il fallait taire. C’est aussi d’ordre psychologique. Dans un environnement de société de consommation, parler argent revient à réveiller les désirs, les frustrations et les jalousies de chacun. Ne pas évoquer son salaire apparaît donc comme un vecteur de vivre-ensemble. Les contextes sociétaux et politiques lourds (les plans de licenciement, la crise des subprimes ou encore les retraites) n’arrangent en rien le débat autour du salaire d’une personne.

LinkedIn en chiffres en 2018

Le réseau social LinkedIn est devenu un acteur incontournable dans la recherche d’emploi. Réseauter sur la plateforme créé en 2003 est un des moyens efficaces de fuir le chômage. En balance avec le réseau français Viadeo, LinkedIn semble s’être démarqué pour sa portée internationale.

  • 15 : en millions, le nombre d’utilisateurs français.
  • 17 : le nombre de minutes consacrées en moyenne par un utilisateur chaque mois.
  • 40 : en pourcentage, le nombre d’utilisateurs qui consultent quotidiennement LinkedIn.
  • 57 : en pourcentage, le nombre d’entreprises qui comptent une page.
  • 546 : en millions, le nombre d’utilisateurs dans le monde.
  • 930 : le nombre de relations moyennes d’un chef d’entreprise sur LinkedIn.
  • 7/10 : le ratio des professionnels qui décrivent LinkedIn comme un réseau de qualité.

 

Related posts

Leave a Comment