Travailler en open space : les avantages et les inconvénients

Critiqué ou encensé, l’open space, espace dédié à la collaboration de travail dans l’entreprise, ne laisse pas indifférent les employés. Tour d’horizon des avantages et des inconvénients que comportent ce mode de fonctionnement vieux de 70 ans.

Déjà envisagé au début du XXème siècle, l’open space – ou espace collectif ouvert en français – est devenu commun pour de plus en plus d’entreprises, quel que soit son secteur d’activité. Parfois, plusieurs dizaines d’employés travaillent ensemble postés à quelques mètres les un des autres. Tout droit débarqué des Etats-Unis, ce mode de fonctionnement collaboratif a de quoi intriguer les non-initiés. Pourtant, il s’agit d’une réelle révolution lorsque, dans les années 1950, deux consultants allemands en organisation du travail, les frères Eberhard et Wolfgang Schnelle lancent l’idée de bureaux ouverts et paysagers. L’objectif est alors d’accroître la productivité et l’efficacité des employés en favorisant la communication entre des collaborateurs. Aujourd’hui, les bacs de plantes ont été remplacées par des ordinateurs toujours plus grands, des post-its colorées, des coussins toujours plus moelleux et des baby-foot sur lesquels se pressent les employés soucieux de décompresser. Si tu ne connais pas cette ambiance, le film Office space (35 heures, c’est déjà trop en français) relate avec humour la vie d’une grande société informatique dans les années 1980, âge d’or de l’open space, et son lot de cravates au goût douteux et de cloisons mi-hauteur couleur gris béton.

Quels sont les bons côtés de l’open space ?

Une meilleure communication

La raison d’être première de l’open space est de faciliter les échanges entre les employés qui travaillent généralement dans un même service. L’espace ouvert casse également une solitude entraînée par un bureau individuel qui peut causer du mal-être. Il peut, par ailleurs, être pénible de devoir se lever pour poser une question que seul le collègue dont le bureau se situe à l’autre bout de l’entreprise peut répondre. L’open space devient alors la solution la plus efficace pour atténuer des déplacements futiles. L’espace collaboratif de travail favorise la circulation et le partage de l’information entre employés. Et, une meilleure information simplifie le travail d’équipe et créer une certaine synergie de groupe.

Développer un esprit d’équipe

Pour un chef d’entreprise, l’open space permet de casser la logique de bureaux dont certains employés seraient privilégiés. Et, dans ce monde qui a vocation à faire régner l’égalité, il se passe toujours quelque chose. Entre le café trop sucré du matin, les péripéties de la climatisation ou les éternuements à répétition, l’espace devient un lieu d’échanges constants, voire de distraction. En pleine Silicon Valley, le campus coloré Googleplex de la société américaine a ouvert la voie à d’autres entreprises en proposant une ambiance décontractée et un environnement coloré !

Un espace modulable

Pour l’employeur, l’open space offre une souplesse d’aménagement. C’est le but de cet espace totalement ouvert qui, composé au mieux de cloisons ou de séparateurs en plastique, est totalement flexible. En cas de forte accroissement d’activité et par conséquence de recrutement en masse, l’entreprise peut tout à fait décider de repenser son espace. Sans avoir à casser des murs et à en ériger de nouveau tous les cinq ans ! Ce qui permet également à l’employé d’avoir des changements dans son espace de travail afin de casser la routine.

Et les mauvais côtés ?

Trop de bruits peut déconcentrer

Tu es peut-être déjà tombé sur des collègues un peu trop bruyants à ton goût. Et pour cause, entendre sa voisine de bureau se plaindre du prix de sa dernière manucure ou son collègue régler à voix haute son problème d’électricité peut en agacer plus d’un. C’est le plus gros inconvénient de l’open space. Qu’ils émanent de personnes ou de machines, les bruits peuvent gêner le travail et entraîner des sauts de concentration qui altèrent la productivité de l’employé. Selon une étude réalisée par le CSA en 2015, 57% des Français se disent « souvent » gênés par des nuisances sonores engendrées par des personnes comme les conversations ou les réunions. En outre, 50% des salariés français se décrivent également « souvent » ennuyés par les passages et la circulation de leurs collègues dans les espaces collaboratifs.

L’impression de surveillance

Big collègue de travail is watching you ! Si tu travailles dans un open space, tu as peut-être déjà eu cette sensation d’être épié par tes collaborateurs. C’est normal : tes faits et gestes sont visibles par tes partenaires. Ou, à l’inverse, tu t’es déjà pris au jeu de surveiller ton voisin de droite ou de gauche pour savoir ce qu’il est en train de faire. Est-il vraiment entrain de porter l’entreprise vers le haut en réalisant un maximum de vente ou préfère-t-il jouer à Candy Crush en douce sur son réseau social préféré ? Et, cette surveillance va de pair avec une possible mise en concurrence qui peut se révéler malsaine. Ma collègue a-t-elle de meilleurs résultats que moi ? Comment fait mon voisin pour taper aussi vite sur son clavier et remplir son dossier ? Cette mise en concurrence est surtout vérifiable lorsque les employés d’un même espace de travail collaboratif occupent le même poste et les mêmes missions.

Un espace impersonnel

Le même bureau, la même chaise, le même poste d’ordinateur et le même sac poubelle. Travailler dans un open space, c’est un peu l’assurance de faire comme les autres. En plus d’espaces parfois serrés – où l’on a plus l’impression d’être dans élevage de lapins en Dordogne qu’au travail -, l’espace ouvert n’offre que peu d’originalité. Heureusement, il est possible de l’aménager comme le souhaite l’employé. D’ailleurs, les Français aiment avoir un espace décoré qui reflète leur personnalité avec une photo de famille mal cadrée, un objet fétiche et insolite ou encore un souvenir des dernières vacances pourvoyeur de nostalgie.

Combien de Français sont concernés ?

Toujours d’après l’étude faite par le CSA, une majorité des employé français travaillent dans un bureau fermé, qu’il soit individuel ou collectif (73%). Mais, près d’un Français sur cinq (18%) est concerné par l’open space. Et, ce chiffre n’est pas près de diminuer. Au contraire, la tendance est plus dans l’augmentation de ce mode de travail qu’à sa disparition. En effet, en 2011, un Français sur dix (11%) exerçait un métier dans un espace collectif. Quant à la satisfaction de travailler dans cet univers, elle dépend grandement de la personnalité du travailleur. Un employé ouvert aux autres aura toujours tendance à se plaire davantage que quelqu’un d’introverti. Que l’on soit élogieux ou critique à son égard, l’open space, comme le télétravail ou le travail en freelance, a de beaux jours devant lui.

Related posts

Leave a Comment