Étude : 6 jeunes sur 10 choisiraient un salon étudiant en ligne

Une étude révèle l’importance de numériser le concept de salon étudiant en ligne sur la toile. Réalisée par le Groupe Adiona en avril 2018, l’enquête démontre que les jeunes aimeraient voir ces programmes se développer à l’avenir. Eviter d’avoir à se déplacer pour obtenir des informations sur les écoles est l’une des arguments avancés. Explications chiffrées.

Le salon étudiant classique : un concept vieillissant ?

Trouver sa voie avant le 22 janvier

L’orientation, c’est maintenant ! Voilà un slogan qui pourrait être utilisé par les établissements de l’enseignement supérieur et les professionnels du secteur à l’approche des fêtes de fin d’année. Pendant cette période, les salons étudiants se multiplient un peu partout sur le territoire français. C’est le moment, pour les lycéens, les étudiants et leurs parents, de se presser de stand en stand afin de choisir leur orientation. Il s’agit alors de trouver sa voie pour l’après-baccalauréat avant l’ouverture de la plateforme Parcoursup programmée au 22 janvier prochain. Non sans une certaine pression des parents et des professeurs qui conseillent de multiplier la participation aux salons afin de trouver la meilleure formation.

Vers une démocratisation du salon virtuel ?

Depuis leur apparition, les salons étudiants n’ont pas beaucoup évolué. Ces événements sont surtout organisés dans les grandes villes comme Marseille, Bordeaux ou encore Clermont-Ferrand. Ce qui peut être un frein pour les jeunes issus de territoires enclavés qui doivent parfois parcourir des centaines de kilomètres pour rencontrer les représentants d’écoles. C’est à ce titre que le Groupe Adiona, spécialiste dans l’accompagnement des étudiants dans leurs projets en France comme à l’étranger (stages à l’étranger, séjours au pair ou jobs d’été), a réalisé une enquête en avril 2018. Plus de 1400 personnes, à majorité des lycéens et des étudiants, ont été interrogées sur le concept de salon étudiant digitalisé. A la suite de cette étude, la start-up basée près d’Aix-en-Provence a décidé de lancer MonSalonEtudiant.com, un service gratuit qui répertorie des salons virtuels par thématique (écoles de commerce, tourisme et hôtellerie, écoles d’ingénieurs, BTP et immobilier etc.).

Les principaux résultats de l’enquête

  • 88% des jeunes n’ont jamais participé à un salon virtuel.
  • 62% des étudiants participeraient à un salon étudiant en ligne.
  • 58% des interrogés estiment qu’un salon virtuel serait plus pratique qu’un événement physique.
  • 90% des jeunes recommanderaient le salon digital à leurs proches.

C’est l’un des grands enseignements de l’enquête établie en avril 2018 alors que les jeunes préparaient doucement mais sûrement leurs différents examens. Elle révèle qu’une grande majorité des jeunes (88%) n’a, jusqu’à présent, jamais participé à un salon présent uniquement sur Internet. Il faut dire que le marché du salon digital est encore embryonnaire. Seul MonSalonEtudiant.com s’est placé sur ce secteur-porteur. Pour les jeunes, la tendance actuelle est encore de participer à des événements physiques proches de chez eux. L’envie de participer à ces plateformes digitales est pourtant bien présente. Toujours selon l’étude, 62% des étudiants souhaiteraient participer à un salon en ligne s’ils en avaient la possibilité. Quasiment six jeunes sur dix (58%) considèrent qu’un salon virtuel est « plus pratique qu’un salon étudiant physique ». Près de 90% des interrogés estiment même qu’ils conseilleraient un salon étudiant en ligne à leurs proches s’ils en avaient l’occasion.

Quels sont les avantages d’un salon étudiant en ligne ?

Les lycéens et les étudiants interrogés par l’enquête du Groupe Adiona pointent plusieurs avantages à privilégier un salon virtuel plutôt qu’un événement physique du même type. 950 des interrogés estiment que ne pas avoir à se déplacer constitue une aubaine importante (74%). Le salon digital a l’autre avantage de donner la possibilité de faire plusieurs choses à la fois. L’un des jeunes sondés explique ainsi qu’il a pu « rechercher en même temps des informations complémentaires sur Internet ».

  1. Ne pas avoir à me déplacer physiquement : 74%.
  2. La possibilité d’échanger avec des exposants en dehors de mon secteur géographique : 69%.
  3. La possibilité d’avoir une diversité de services sur une même plateforme : 41%.
  4. Être connecté sur le salon tout en faisant autre chose en parallèle : 33%.

En outre, des personnes sondées indiquent l’aspect « innovant » ainsi que « la flexibilité », « la facilité de recherche » et « l’interactivité » du programme.

L’expérience à l’étranger comme tendance pour les jeunes

Le Groupe Adiona, auteur de l’enquête, a fait le constat suivant : il est plus pertinent de proposer des salons par thématique. Aujourd’hui, la plupart des événements physiques présentent pèle-mêle des formations de tout type. Ce qui entraîne parfois la confusion des participants obligés de se munir d’une carte pour se repérer entre les différents stands.

  1. L’expérience à l’international : 76%.
  2. Le salon de l’emploi : 47%.
  3. Les jeunes et l’entrepreneuriat : 45%.
  4. L’accompagnement (banque, assurance, logement, bourses etc.) : 32%.
  5. Un salon par métier (art, luxe, santé, immobilier, finance etc.) : 31%.

Dans le cadre d’un salon étudiant en ligne avec une thématique dédiée, les jeunes privilégient l’expérience à l’étranger (76%) considérée comme gage de réussite dans les études et bonus d’employabilité. Viennent ensuite les domaines de l’emploi (47%) et de l’entrepreneuriat (45%) pour compléter le podium. Dans l’étude, les 18-25 ans interrogés évoquent les domaines de prédilection dans lesquels ils évoluent ou souhaitent évoluer plus tard. Parmi les nombreuses formations visées, le commerce (12%), le marketing (7,5%), le management (7%), l’informatique (5%) et la communication (5%) sont les principaux secteurs qui arrivent en tête.

Les établissements scolaires invités à participer aux salons en ligne

Les établissements universitaires et les centres de formation sont habitués aux salons étudiants physiques classiques. Ces derniers exigent parfois des coûts importants de déplacement (frais de transport et d’hébergement principalement) pour être visibles partout en France. Les étudiants expliquent majoritairement que leur école devrait être plus connectée (82%). Plus de 89% des jeunes invitent même leur établissement à participer à un salon étudiant en ligne à l’avenir.

Related posts

Leave a Comment