Grandes écoles : quelle garantie sur le marché du travail ?

Depuis toujours les grandes écoles sont vues comme des fabriques à élites. Mais le prix à l’année ne cesse d’augmenter et les étudiants s’y prennent à plusieurs reprises avant de s’inscrire. Pour beaucoup cette contrainte financière les pousse à choisir un cursus universitaire. On peut alors se demander si faire une grande école en vaut vraiment le « coût ».

Qu’est-ce qu’une grande école ?

Déjà pour savoir de quoi il s’agit réellement, il est important de connaître la définition d’une grande école.

Selon le ministère de l’Education nationale, en France, une grande école est « un établissement d’enseignement supérieur qui recrute ses élèves par concours et assure des formations de haut niveau ».

Le concours est organisé pour favoriser l’égalité d’accès à tous. On teste les candidats sur leurs connaissances et non sur leur profil personnel. Tout le monde a sa chance mais c’est après que cela se corse. Une fois sélectionnés, les étudiants doivent payer les frais de scolarité qui atteignent souvent des sommes astronomiques difficiles à sortir lorsqu’on vient de finir son baccalauréat.

Parmi les caractéristiques communes on retrouve :

  • Les diplômes délivrés sont reconnus par l’Etat
  • La taille : de 400 à 6 000 étudiants selon les écoles
  • L’enseignement est proposé jusqu’au doctorat

Les différentes écoles

Ecoles de commerce et de management

Ces établissements font partie de l’enseignement supérieur. Les domaines de prédilection sont le management, le marketing, la distribution, la communication, les ressources humaines et la finance.

On les retrouve sous d’autres noms comme les business schools par exemple. Les formations proposées sont variées. Les parcours sont courts ou longs. Ils peuvent se suivre en France ou à l’étranger. Tu peux intégrer une formation directement après le bac ou bien après une licence (BAC+3).

Ecoles d’ingénieurs

Les étudiants inscrits dans une école d’ingénieur suivent un cursus du baccalauréat jusqu’à l’obtention d’un BAC+5. Les sujets abordés sont les sciences et la gestion de projet dans des domaines techniques. Une fois obtenus, les diplômes sont décernés par la Commission des Titres d’Ingénieurs.

Autres écoles

Il existe évidemment de nombreuses écoles reconnues dans d’autres domaines. Les écoles normales supérieures par exemple, forment les étudiants à devenir enseignants et chercheurs dans des disciplines précises comme la littérature, les sciences et les technologies.

Si tu te diriges vers des études de vétérinaire, sache que des grandes écoles existent également pour être former à ce métier dans les meilleures conditions. Quatre grandes écoles se démarquent : celle de Maisons-Alfort, une seconde basée à Toulouse, une à Nantes et la dernière est à Lyon.

Il existe des grandes écoles pour les étudiants en communication, en journalisme mais aussi en art ou en architecture. La liste est longue et de nouvelles disciplines voient le jour année après année !

Les différents statuts

Selon la direction à laquelle elles sont rattachées, les grandes écoles peuvent obtenir des statuts différents. C’est également sur ce facteur que le prix est fixé. Trois grandes catégories se dessinent :

  • Les écoles publiques
  • Les écoles privées
  • Les écoles consulaires : elles sont rattachées à une chambre de commerce et d’industrie

Découvrir les grandes écoles

Il y a tellement d’écoles que parfois les étudiants ont du mal à s’orienter. Ils choisissent bien souvent les plus populaires, celles qui font le plus parler d’elles. Pourtant ce ne sont pas toujours les meilleures mais très généralement les plus chères. Pour pouvoir faire un choix judicieux, voici quelques outils.

Les classements

Chaque année, un classement des meilleures grandes écoles sort de son lit. Il positionne les différents établissements selon des critères particuliers et, notamment, le taux d’insertion dans la vie professionnelle après obtention du diplôme. Quand on sait que « classement grandes écoles » et le mot clé le plus tapé sur Google à ce sujet, on comprend vite son importance.

Cependant, ces classements ont des limites. Les nouvelles écoles ont du mal à se faire une place car elles manquent de notoriété. De même que l’échantillon sélectionné, sur plus de 350 écoles seuls une quarantaine sont prises en compte. Les dernières du classement ne sont donc pas forcément mauvaises.

De plus, les tops de ce genre sont généralistes. Ils prennent rarement en compte une formation en particulier mais plutôt l’ensemble des cursus de l’école. Elle peut très bien être positionnée 20ème au classement mais avoir une formation en management qui est bien au-dessus de celle en pole position.

Les critères sont peu précis et souvent faussés. Il est donc important de creuser un peu plus. Et pour cela, d’autres alternatives sont bien meilleures que les classements.

Les salons étudiants

Pour aider les jeunes bacheliers à trouver leur voie, des salons étudiants sont organisés dans les grandes villes françaises. Les écoles sont présentes sur des stands, avec de la documentation et des représentants qui informent les participants. Les grandes écoles sont bien évidemment représentées en masse pour attirer les futures élèves sur leurs bancs.

C’est l’occasion de se familiariser avec l’enseignement supérieur et de créer un premier contact. Malheureusement, ici aussi des contraintes apparaissent. Si le futur étudiant habite dans une petite ville éloignée de Paris, Lyon ou Bordeaux, les frais qu’il devra dépenser pour se rendre sur ce genre de salon d’orientation risquent de le refroidir.

Toutes les écoles ne peuvent pas être présentes. Les places sont limitées et bien souvent prises d’assaut par les plus grandes et les plus populaires. C’est bien dommage car les autres sont délaissées faute de notoriété.

Les salons virtuels

Pour donner la chance à chacun de connaître et de se faire connaître, MonSalonEtudiant.com a eu une idée de génie : organiser des salons uniquement virtuels. Le principe est exactement le même qu’un salon physique. Les écoles s’inscrivent pour avoir un stand, elles mettent à disposition des brochures à télécharger en PDF, et deux personnes peuvent chatter en direct tout au long de l’événement avec les étudiants qui auraient des questions.

Du côté des jeunes, il suffit simplement pour eux de se connecter au site internet. Ils accèdent alors à un hall, avec des portes où sont installées les différentes écoles. Ils cliquent sur celles qui les intéressent et se baladent de stand en stand. Plus besoin d’organiser un voyage à la capitale, tout est à portée de souris !

Les difficultés géographiques et de disponibilités sont effacées et chacun trouve sa place. Pour connaître les dates des prochains salons, rendez-vous sur l’agenda de MonSalonEtudiant.com.

Les réseaux d’anciens étudiants

Les mieux placés pour parler des écoles et des formations proposées sont ceux qui ont tenté l’expérience. Dans les grandes écoles, un réseau d’anciens élèves est très souvent disponible. A la base, il est conçu pour que tout le monde reste en lien, même après l’obtention du diplôme, et pour faciliter l’échange de contacts professionnels.

Aujourd’hui, c’est un véritable puits de renseignements. Si tu souhaites en savoir plus sur un établissement, tu as la possibilité de t’adresser en direct à une personne qui a vécu la formation. Logiquement, elle se doit d’être sincère et transparente avec toi et dans les réponses qu’elle te donne.

C’est un très bon moyen de prendre la température avant de s’engager pour une année.

Différences entre les grandes écoles et l’université

Après le bac, il y a ceux qui vont directement à la fac et d’autres qui rêvent d’une grande école. Pas facile de savoir quel établissement est le meilleur pour soi. On t’aide un peu en te donnant les avantages et les inconvénients de chacun.

Les grandes écoles

Atouts

  1. La prépa’ : il s’agit d’une année intensive où l’on prépare les futurs étudiants, juste après le baccalauréat, afin qu’ils s’intègrent parfaitement à l’organisation de l’école.
  2. L’encadrement: les élèves bénéficient de plus d’heures que les étudiants en université, les classes sont moins nombreuses, les enseignants sont plus proches et plus accessibles.
  3. L’aide à l’insertion : le réseau mis à disposition par les directeurs, les enseignants et les anciens élèves permet de trouver un stage et un emploi très rapidement. Une étude, réalisée par l’Apec, montre que seuls 8% des jeunes sortant d’une grande école passent par la case Anpe contre 75% pour les universitaires.
  4. Le salaire : lors de la première embauche, le salaire des étudiants sortant de faculté est un peu plus bas que celui des grandes écoles.

Inconvénients

  1. La formation: on reproche souvent aux diplômés de grandes écoles de ne pas être assez pluridisciplinaires.
  2. Le formatage: les grandes écoles formatent les étudiants. Ils ressortent avec le même profil et le même parcours. Difficile de se sortir du lot.
  3. Le coût : pour une année au sein d’une grande école il faut compter entre 7 000 et 10 000 euros.

Les universités

Atouts

  1. Des diplômes européens : le cursus Licence, Master et Doctorat (LMD) a le privilège d’être le même dans toute l’Union Européenne. Pas besoin de chercher l’équivalence par pays.
  2. Les formations : l’université offre des formations très généralistes, avec lesquelles les étudiants peuvent prétendre à différents métiers d’un même domaine. D’ailleurs, les filières sont abondantes, quasiment tous les secteurs sont disponibles ;
  3. L’autonomie : les étudiants sont très peu encadrés et doivent se débrouiller seuls pour gérer leur temps de travail. Ils se forgent une personnalité en étant organisés, débrouillards et très intelligents. Les temps libres sont d’ailleurs plus nombreux en université que dans les grandes écoles.
  4. L’apprentissage: de nombreux cursus se sont ouverts à l’alternance. Il est de plus en plus facile de mettre un pied dans la vie active en suivant des cours à l’université. La théorie et la pratique se rencontrent.

Inconvénients

  1. L’opacité: il y a très rarement des comptes rendus ou des classements d’université. Les performances de chaque université sont méconnues et pourtant cela pourrait en intéresser plus d’un.
  2. Les débouchés : les universités n’accompagnent pas vraiment les diplômés dans le monde du travail. Certaines filières se trouvent être des voies sans issue. Il est nécessaire pour l’étudiant de se débrouiller seul ou bien de se lancer dans une nouvelle filière pour compléter sa formation.
  3. Les établissements : puisque l’université est rattachée au service public, on est assez loin du luxe que peuvent dégager certaines grandes écoles. Les locaux sont parfois mal entretenus, les bibliothèques bondées, pas facile d’étudier dans de telles conditions.

Les grandes écoles et les universités se valent, tout dépend du profil et de la personnalité des étudiants.

La vision des professionnels

Si les grandes écoles bénéficient d’un carnet d’adresses de professionnels bien garni, ce n’est pas pour autant que chaque élève trouve un emploi grâce à elles. Du côté des recruteurs, les idées divergent.

Les employeurs de petites entreprises ne sont pas, tout le temps, en mesure de proposer un salaire conséquent. Ils préfèrent alors choisir une personne qui sort d’un BTS et qui aura une prétention salariale moins élevée. Lors d’un entretien, de plus en plus de « chasseurs de tête » mettent la priorité sur la personnalité et l’expérience. Le diplôme prend le 14ème rang.

Pour les grands groupes en revanche, les étudiants diplômés d’une grande école sont des gages de qualité. Pour eux, ils sont à l’aise à l’oral, motivés et investis, bien formés et compétents. La plupart travaillent en partenariat avec les directions depuis un moment et sont habituées à recevoir ce genre de profils.


Difficile donc de faire la part des choses. Mais grandes écoles ou universités, rien n’est acquis pour les élèves. Tout réside dans la détermination, l’envie et la motivation des diplômés. Les emplois ne tombent pas du ciel, ça se saurait !

Related posts

Leave a Comment